#nobra #freethenipple. On quitte le soutien-gorge.

Feel free – Boobs out !
Faites tomber votre soutien-gorge.

Illustrations réalisées par @didikotani. Clique pour découvrir plus amplement son travail.

Adieu soutien-gorge. Bonjour le No Bra, bonjour les tétons.

Je n’avais pas prévu de vous proposer cet article aujourd’hui, mais comme vous le savez toute/s, cette semaine est celle du 8 mars. Qui dit 8 mars dit journée des DROITS des femmes. Je ne vais pas m’attarder sur cette journée en particulier car vous en avez deja tous suffisamment entendu parler je presume.

Non aujourd’hui je vais plutôt faire le lien avec une des revendications d’une grande, très grande majorité de la population féminine mondiale. Être libre de son corps. Être libre de son corps cela peut passer par la liberation de la poitrine. Se délester d’un soutien-gorge qui nous opprime toute la journée.

Petit aparté sur deux concepts pour commencer.

1. Le concept no bra et free the nipples.

NO BRA

Le concept du no bra est très simple. C’est le non port du soutien-gorge. Dire au revoir aux bretelles qui tirent, au tour de poitrine marqué par la pression des élastiques.

Le soutien gorge, ah mais quelle histoire. Une histoire qui remonte à 1889, création du premier soutien-gorge. Créée à la base pour délivrer les femmes du port des corsets, il aura connu plusieures évolutions. Les armatures, les formes aplatissantes de poitrine, ceux qui au contraire la mettront très en avant, la forme cône créée par Jean Paul Gaultier, ou encore sans armatures et j’en passe.

Nous parlons maintenant du mouvement #nobra. Ce mouvement est étroitement lié avec #freethenipple [libérer le téton] car ce qui nous gène surtout nous les filles, dans le fait de ne pas porter de soutien gorge, c’est qu’on va voir nos tétons qui pointent.

FREE THE NIPPLES

Le mouvement free the nipple n’est pas recent. Il est né aux alentours des années 2010 et s’est vu adapter au cinéma en 2014 dans le film Free the Nipple de Lina Esco. Les revendications sont les suivantes: cesser de catégoriser l’apparition des femmes seins nues en public comme quelque chose d’indecent, quand on le considère comme acceptable pour les hommes.

En gros, quand c’est OK pour un homme d’être torse nu, ca doit l’être pour une femme aussi. [Le débat des « zones » considérées comme OK étant encore un autre débat.].

lutter contre « l’hyper-sexualisation » de la poitrine

La poitrine « c’est bandant » [lol]. On définit les seins comme des objets sexuels. Les tétons des femmes qui pointent, ça c’est la petite partie qui excite. Alors on doit porter des soutiens-gorge pour cacher tout ça, pour ne pas affoler le poulailler.
C’est mort. On arrête ce délire « y vamos las tetas fueras » ! Il n’y a pas de raisons pour qu’on soit contraintes de dissimuler nos seins, nos tétons, ni même de SUBIR le port du soutien-gorge au quotidien: c’est désagréable, et c’est pas spécialement bon pour la santé.

On nous met la pression sur les tétons nous les femmes, mais si on se fie a l’article 222-32. « L’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. ». Or les textes ne stipulent aucunement la poitrine comme une partie génitale. Ni chez l’homme, ni chez la femme.

C’est étrange (bien que démocratisé) que la poitrine féminine soit si sexualisée. Le torse d’un homme, ses pectoraux par exemple, sont aussi quelque chose qui peut être attirant on ne va pas se mentir. Certaines/certains d’entre-nous pourraient trouver ça sexy. Pourtant on n’y met pas autant de connotations sexuelles. A méditer.

La santé, et les nénés qui ne tombent pas.

Premièrement, les nénés qui ne tombent pas. Eh oui, paradoxalement ce n’est pas le soutien-gorge qui empêchent les nénés de tomber au contraire [en tout cas sur du long terme] ! 

Quand on porte un soutien gorge, on ne fait pas travailler nos nénés. Les ligaments censés soutenir la poitrine, finissent par perdre leur fonction parce qu’ils deviennent fainéants.
Du coup, qui dit no bra dit nénés plus hauts. Selon plusieurs études et témoignages, les seins auraient tendance à devenir plus rebondis, avoir une meilleure tenue et donc pour les plus complexées, à paraître plus gros.
Aussi, les mamelons se redresseraient de 6 à 7 mms par an, plus ou moins. Fou non?

Vous me direz, ça fait beaucoup de « on dit ». De mon expérience: je ne porte plus de soutien gorge depuis… je ne sais même plus. Je dirai approximativement 2 ans. Je ressens une différence, plus rebondis et une bonne tenue.

A noter toutefois: il semblerait qu’une personne ayant porté des soutiens gorge pendant de nombreuses années pourrait avoir l’effet inverse.

Le stéréotype du sein parfait

Nous les petits seins, on a commencé à porter des soutiens-gorge pour se donner la forme d’un pseudo néné. Mieux que ça, pour avoir des nénés hauts, fermes et bien ronds. Un peu comme on imagine les gros seins je crois. Alors que les gros seins en sont pas toujours parfaits non plus.
Bref, le soutien-gorge c’est encore un outil pour faire rentrer la femme dans un moule, dans un idéal. Il entraîne indirectement des complexes finalement. Est-ce qu’on ne le porterait pas parce que l’on n’accepte pas son corps tel qu’il est? Ce serait dommage…

2. J’ai adopté le No bra

LE BONHEUR dans mon corps

Je suis sûre que vous aussi après une journée de travail ou d’école vous avez qu’une envie: arriver à la maison, vous déshabiller et faire péter le soutien gorge. Vous la connaissez la sensation de libération hein? Perso je ne la vis plus, mais je m’en rappelle encore !

C’est comme nager toute nue dans la mer ça, c’est une sensation trop cool. Tu te sens bien, comme en pyjama toute la journée.

LE BONHEUR dans ma tête

Alors au début c’est toujours un peu compliqué de « passer le cap ». Personnellement j’ai été pendant longtemps très complexée par la taille de ma poitrine. Je fais un 85B. C’est pas énorme, c’est pas petit non plus. Tout est relatif.

Avec le no bra, il n’y a pas d’artifices. On ne peut pas mentir. Ça aide à s’accepter comme on est. Et c’est très important de se sentir bien dans sa tête et dans son corps. A partir du moment où on s’assume, les autres nous acceptent comme on est aussi. On à l’air trop powerful quoi ! Alors au début c’est vrai il faut quelques fois faire semblant. Il y a toujours quelques remarques qui vont nous faire douter. Mais ça passe plus vite que ce qu’on pense (même si quelques fois ça ne passe pas vraiment, on n’en meurt pas).

Les exceptions

Je ne vais pas dire que je ne porte jamais de soutien gorge. J’en utilise quand même quelques fois, mais toujours sans armatures ni baleine. C’est plus pour des occasions. Certaines fois je les utilise comme des vêtements sous un tee shirt/chemisier transparent. Mais surtout ceux en dentelles parce que je trouve ça beau, c’est comme un accessoire, une touche finale à la tenue.

Autre exception: le sport en salle mais seulement parce que porte toujours des brassières en guise de tee-shirt.

3. Mes conseils pour passer le cap

Ne pas vous mettre la pression et le faire à votre rythme.

Quand bien même vous sentez que ce n’est pas pour vous, ne vous forcez pas. Le no bra doit être un choix et vous aider à vous sentir bien.

Allez y progressivement. Passez sur des soutiens-gorge sans armature qui vous permettront d’accepter la taille ou la forme de vos seins. Vous pouvez aussi commencer chez vous. Apprenez déjà à vous sentir bien quand vous êtes seule et à l’accepter.

Le choix de la saison peut aussi être important. Préférez  l’automne/hiver plutôt que l’été. Des pulls un peu larges vous aideront à vous habituer sans que les autres ne s’en rendent compte. Et vous verrez, quand les beaux jours arriveront, ce sera compliqué de porter de nouveau des soutiens-gorge.

Commencez à quitter votre soutien-gorge quand vous êtes avec des personnes bienséantes, qui vous mettent à l’aise et ne vous jugeront pas. Un repas entre copines, avec votre amoureux/se, avec la famille, etc.

 

4. Les questions que vous vous posez peut-être

Le regard des gens est-il dérangeant?

J’ai envie de vous répondre oui et non.

NON

Non car on se sent bien, on n’est pas sans cesse en train de le remettre correctement, on n’est plus serrée comme un rôti. On n’est pas forcée quoi. Il m’arrive souvent d’oublier que je n’ai pas de soutien-gorge d’ailleurs. Je suis beaucoup plus gênée et mal à l’aise quand j’en ai un généralement. Le pire c’est quand il y a une armature. On dirait que j’ai des gros boobs tout ronds, je sais qu’ils ressemblent pas à ça je me sens super nase.

OUI

Je dirai oui quelques fois pour les regards insistants. Surtout quand il fait un peu froid et qu’on pointe. Moi la première, même si je ne compte plus le nombre de jours passés sans soutien gorge, je me retrouve un peu mal à l’aise quand je pointe. Je sais que ça attire le regard. Quand je marche et que ça balotte aussi un peu. Mais ca me derange surtout si je suis en présence de personnes que je connais.

Je continue toujours à mettre des soutiens-gorge (sans armatures) quand mes hauts sont trop transparents. En particulier au travail par exemple.

La pression sociale a finalement toujours un effet sur moi, sur nous. On essaye de lutter mais quelques fois c’est plus fort que nous. Mais il ne faut pas s’en vouloir, on a tous nos moments de faiblesse.

Quelle taille de bonnet pour pratiquer le no bra?

Petit détail à noter: ma poitrine se rapproche plus de smarties que de melons. Elle ne me pose aucun problème de dos ou autre soucis de santé.

Alors je vous dirais que toutes les petites/moyennes poitrines peuvent se le permettre. Cela peut probablement être plus gênant pour les fortes poitrines je ne peux pas juger. J’ai quand même trouvé quelques témoignages de filles à forte poitrine qui le vivent très bien. Il s’agirait avant tout de s’habituer. Si au début le poids est douloureux, les seins se « musclent » pour finir par ne plus rien sentir.

 

Si vous êtes encore plus curieuse/x, je peux vous conseiller la bible des nénés libres ! Le blog est simplement génial, il est très intéressant on en apprend beaucoup. Je le conseille déjà à toutes mes copines. Je pense que vous pourrez trouver réponse à toutes vos questions.

Si ca vous intéresse, j’ai ecrit un autre article dans le meme délire qui parle de féminisme, un peu plus general. Oui parce que libérer ses nénés, ca rentre un peu dans un truc de libération de la femme, de féminisme toussa toussa…

Alors alors, vous êtes boobs-in ou boobs-out?

1 week-end, soit 2 jours sans soutien-gorge.

Parce qu’on est toutes différentes, par notre âge, notre corps ou notre vécu, on appréhende la vie différemment. Mon expérience peut être différente de celle de beaucoup d’entre-vous. Alors moi je suis curieuse de savoir comment vous vous sentirez après ces 2 jours. D’autres seront peut-être juste contente d’avoir le soutien d’autres nenettes comme nous pour se sentir mieux, pour dépasser leurs complexes.

Allez courage, essayez quelques trajets en voiture, quelques courses ou juste à la maison.

Faites-nous un petit retour sur expérience ! L’avis et le ressenti de tout le monde est chouette à prendre.

 

    2 Comments

    1. Méloooo

      Vive les smartie’s
      Merci je viens d’enlever le mien ! Bon d’accord je suis en mode jour de repos canapé mais c’est un bon début 🙂

    Laisser un commentaire